Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Démocratie scolaire

Voter et se présenter comme élue scolaire

Un privilège dont on doit se prévaloir!
| Par Caroline Lemieux, attachée de presse, FCSQ - [email protected]
caroline-lemieux

Caroline Lemieux Attachée de presse FCSQ

Si pour plusieurs l’intérêt pour la démocratie scolaire se manifeste avec l’entrée des enfants à l’école, ce n’est pas le cas pour Manon Robitaille qui a étudié en psycho-éducation. « J’ai toujours été préoccupée par la persévérance scolaire et c’est ce qui a motivé mon intérêt pour la démocratie scolaire avant même d’avoir des enfants », précise-t-elle.

Pour Manon Robitaille, voter aux élections scolaires permet de participer activement aux grandes décisions qui façonnent l’offre de services éducatifs d’un milieu et d’avoir une vision plus globale de l’école. Une vision qu’elle a voulu approfondir en s’impliquant également au conseil d’établissement de l’école de ses enfants d’abord, puis au comité de parents de sa commission scolaire, pour finalement devenir commissaire-parent à la Commission scolaire de la Capitale il y a 3 ans. Une expérience extrêmement enrichissante qu’elle apprécie particulièrement parce qu’elle considère que la commission scolaire reconnaît l’expertise des parents.

Des élections essentielles

Cette citoyenne engagée n’en revient pas que certains envisagent d’abolir la démocratie scolaire qui est pourtant essentielle pour l’avenir de notre société. « Les élus scolaires ont un rôle stratégique et ils font une différence notamment en s’assurant de la redistribution équitable des ressources en accord avec les besoins du milieu. Ils ont un rôle de représentation auprès des citoyens et ils connaissent leurs attentes. Les élus scolaires sont au centre de la mobilisation de tous les acteurs qui ont à cœur la réussite des élèves », souligne-t-elle.

Manon Robitaille croit que la mauvaise perception que peut avoir la population du système public d’éducation peut, entre autres, découler du fait qu’il n’y ait pas eu d’élections scolaires depuis 2007, et que cela ait pu entraîner une certaine confusion quant au rôle des élus scolaires. Cette confusion est aussi alimentée selon elle par la désinformation orchestrée par ceux qui prônent l’abolition des commissions scolaires.

Elle ajoute que le contexte des compressions budgétaires place les commissions scolaires dans une situation très difficile. « Les commissions scolaires n’ont plus de marge de manœuvre et ont de plus en plus de difficulté à maintenir la qualité des services aux élèves.»

manon-robitaille

Manon Robitaille Candidate aux élections scolaires du 2 novembre 2014 Pour la Commission scolaire de la Capitale

Ce contexte défavorable a malheureusement contribué au désintéressement de la population face au système public d’éducation. Selon elle, les élections scolaires du 2 novembre 2014 vont permettre de donner l’heure juste sur les principaux enjeux en éducation et ce sera une bonne occasion pour faire connaître le rôle des commissions scolaires et de leurs élus. « Qui s’assurera de la distribution équitable des ressources et du respect de la spécificité des milieux si les élus scolaires disparaissent? », demande-t-elle.

Et elle appelle tous les citoyens à voter, pas seulement les parents, car les enfants sont l’avenir de toute la société. « Voter aux élections scolaires n’est pas seulement un devoir, c’est un pouvoir dont on doit se prévaloir. L’éducation doit être une priorité, car si l’on veut une société prospère il faut que nos jeunes puissent développer leur potentiel en lien avec leurs intérêts et leurs compétences et nous pouvons tous y contribuer. Avoir des élèves qui réussissent et une main-d’œuvre qualifiée, c’est gagnant pour tout le monde. »

Manon Robitaille déplore le faible taux de participation aux élections scolaires de 2007 et invite donc la population à profiter des élections du 2 novembre prochain pour exprimer son appui envers la démocratie scolaire et les structures en place afin de maintenir la qualité de notre système public d’éducation. D’ailleurs, elle invite les gens à consulter le site www.electionsscolaires2014.com qui regorge d’information à la fois pour les électeurs et les candidats qui songent à se présenter aux élections scolaires. Citoyenne engagée en éducation depuis plusieurs années, elle compte elle-même poursuivre son engagement en tant que candidate aux élections scolaires du 2 novembre.