Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Inclusion des élèves

Construire le citoyen pour édifier la société

| Par Claire Bolduc, présidente, Solidarité rurale du Québec
claire-bolduc-photo-site-solidarite-rurale

Claire Bolduc Présidente Solidarité rurale du Québec

Solidarité rurale a effectué une vaste tournée de tout le Québec rural. Nous avons tenu 31 rencontres de consultation sur l’avenir du monde rural et le renouvellement de la Politique nationale de la ruralité. Nous avons fait, chaque soir, des rencontres marquantes qui ont mis la table à une réflexion de fond, entre autres, sur l’éducation et l’identité culturelle. Des questionnements sur ces thèmes, exprimés de différentes façons, nous en avons entendu pratiquement partout, de l’enfant qui n’aura jamais l’occasion de développer une certaine connaissance de son milieu de vie à l’école, à l’universitaire qui ne peut réaliser dans son village natal ou d’adoption un stage qui déterminera peut-être le reste de sa vie, des médias qui transmettent aux ruraux une image « montréalisée » d’eux-mêmes, de ces formations raccourcies qui n’apprennent aux gens qu’à travailler pour une seule entreprise, plutôt qu’à pratiquer un métier et à assumer son rôle de citoyen. L’éducation, celle que peut offrir l’école, mais aussi celle qui appartient aux parents, à la famille élargie, aux bibliothèques, aux journaux, à la télévision, cette éducation a, de tous temps, servi l’essor des sociétés. L’essor social, culturel, communautaire, économique, philosophique, identitaire, scientifique, religieux, sportif. L’essor des sociétés. Le développement de sa richesse. Pas de ses profits. La nuance est majeure.

Mais est-ce toujours le cas? Que fait-on de cette éducation maintenant?

Ce qui est clair, c’est que la pensée comptable s’est frayé un chemin jusqu’au cœur des lieux de transmission des valeurs de notre société. Les médias en crise, tout le conflit étudiant qui fait rage présentement, les coupures effectuées dans la culture, les écoles de villages encore et toujours menacées… tout cela réfère au même nœud : l’éducation et la culture sont de plus en plus perçues comme des biens de consommation qui ont une seule utilité économique. Chercher la rentabilité à tout prix nous entraîne inéluctablement vers un déficit sociétal majeur.

« Les commissions scolaires sont bien ancrées dans leur collectivité. Elles ont une connaissance fine de leur milieu. »

Or, qui dit logique comptable dit réduction de services pour l’étudiant, dit réduction de l’accès pour les milieux ruraux, dit uniformisation du moule. De grands termes totalement incompatibles avec toute la souplesse qu’exige, de par sa nature même, le monde rural. Pire encore, ces façons de faire compromettent l’avenir même de la société, sa capacité de permettre l’épanouissement de tous ses citoyens, avec toutes les nuances et les différences qui font précisément sa plus importante richesse. Il s’avère important d’adapter la formation en fonction des gens, de la rafraîchir, qu’elle soit plus souple et qu’elle permette à l’élève de réfléchir.

village-article-claire-bolduc-solidarite-rurale« La pensée comptable s’est frayé un chemin jusqu’au cœur des lieux de transmission des valeurs de notre société. »

Et si nous, nous cassions le moule? Et si nous nous permettions une réflexion de fond sur ce que nous sommes, en tant que ruraux, en tant que société, sur ce que nous voulons transmettre aux générations qui viennent, sur notre contribution à cette société qui est aussi la nôtre? Comment y arriver? Au moment où nous réfléchissons à l’avenir du monde rural, il semble incontournable de fournir quelques réponses à ces questions fondamentales. Car pour édifier la société de demain, c’est aujourd’hui qu’il faut construire le citoyen.