Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Été 2018 - Spécial : diversité à l'école

Une année de mises en chantier

La fin de l’année scolaire nous amène de manière incontournable à regarder les douze derniers mois, et c’est avec plaisir que je vous livre ce bilan de ma première année à la présidence de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ). Lors de mon élection, j’ai présenté ma vision pour le développement de la Fédération et identifié six
chantiers sur lesquels je désirais agir durant mon mandat. Travailler au développement des compétences politiques des présidents des commissions scolaires en faisait partie. C’est dans cet esprit que la FCSQ a entrepris à l’automne une démarche, accompagnée de l’éthicien René Villemure, pour réfléchir à la façon de faire de la politique scolaire. Cette démarche vers la gouvernance scolaire 2.0 vise à définir une nouvelle vision du rôle de l’élu scolaire. Elle fait d’ailleurs écho au rôle que nous invite à jouer le ministre de l’Éducation dans la Politique de la réussite éducative.
 
Dans le cadre du projet, les élus scolaires ont été appelés à réfléchir au futur de la gouvernance et de la démocratie scolaires. Nous avons choisi de passer d’un gouvernement de processus à un gouvernement d’idées; un gouvernement de proximité qui influence la cause éducative dans sa communauté. Pour moderniser notre agir politique, nous avons décidé de renforcer notre proximité avec la population, de prendre appui sur une réflexivité délibérative, c’est-à-dire une réflexivité qui prend ses distances devant l’anecdote et porte un regard plus large, plus global, pour s’assurer que nos choix s’appuient sur la plus grande impartialité possible, au service de l’intérêt
commun. Nous avons choisi de mettre de l’avant notre rôle fondamental de VECTEURS D’ÉQUITÉ.
 
RAYONNEMENT NATIONAL
 
Un deuxième chantier visait à Travailler à un repositionnement politique et administratif de la FCSQ. La FCSQ doit assumer un leadership en matière d’actualité scolaire au Québec et au Canada et faire des propositions pour amener la population, le gouvernement et les acteurs du réseau scolaire à réfléchir aux différents enjeux auxquels fait face le
système public d’éducation. C’est dans cet esprit que la FCSQ a mobilisé une dizaine de partenaires autour du projet commun d’une déclaration sur les encadrements du cannabis en milieu scolaire. À la suite de la décision du gouvernement fédéral de légaliser le cannabis, nous avons réfléchi aux moyens d’encadrer cette légalisation afin de ne pas nuire à la mission éducative des commissions scolaires ainsi qu’à la réussite et à la santé globale de tous les élèves. Le fruit de cette réflexion a été présenté en commission parlementaire à l’Assemblée nationale, mais aussi dans le cadre d’une rencontre de la Canadian School Boards Association à Calgary. Je suis très fier et heureux que
cela ait inspiré les élus scolaires d’autres provinces à adopter des déclarations semblables.
 
Comme président de la FCSQ , je ne pouvais évidemment pas rester silencieux devant la décision insensée du gouvernement de la Nouvelle-Écosse d’abolir les conseils scolaires anglophones, et c’est pourquoi je n’ai pas hésité à écrire une lettre d’opinion, en français et en anglais, dénonçant cette situation dans les médias locaux. J’y ai ciblé ce qui se cache derrière cette décision : le contrôle, la centralisation et l’uniformité. Et j’ai conclu en soulignant que tout leader politique devrait inciter la population à s’impliquer dans sa communauté, certainement pas la décourager.
 
Au Québec, notre participation à différentes commissions parlementaires aura également servi à rappeler notre responsabilité comme société de permettre à tous les enfants présents sur le territoire du Québec de recevoir une éducation de qualité, indépendamment de la situation de leurs parents ou tuteurs, de militer en faveur du projet de société porté à travers le Programme de formation de l’école québécoise et d’attirer l’attention du gouvernement sur les problèmes d’iniquité de la taxation scolaire et ses impacts sur les services aux élèves.
 
Un autre enjeu sur lequel nous assumons un leadership, et qui pourrait avoir un impact nationalement et sur d’autres paliers de gouvernement, est celui de la modernisation du mode de votation. Face à la quasi-simultanéité des scrutins provincial et scolaire cet automne, nous sommes intervenus conjointement avec l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec auprès du gouvernement pour inscrire les élections scolaires dans un cycle électoral : élections municipales en 2017, élections provinciales en 2018, élections fédérales en 2019, et élections scolaires en 2020. Cela permettra la mise en place de moyens pour favoriser la participation citoyenne, notamment par l’instauration du vote électronique.
 
LEGS POUR LE 70e ANNIVERSAIRE DE LA FCSQ
 
Un autre chantier sur lequel j’ai travaillé durant la dernière année est celui de Mettre en scène la FCSQ et ses membres. La FCSQ , c’est 70 ans à se mobiliser pour la réussite des élèves, à promouvoir le système public d’éducation et à influencer le développement social, culturel et économique du Québec. Poser un geste significatif pour souligner le 70e anniversaire de la Fédération et son rôle dans l’histoire de l’éducation au Québec était pour moi un incontournable. C’est avec une immense fierté que j’ai procédé, en présence du ministre de l’Éducation, du Loisir et Sport, Sébastien Proulx, des membres de la FCSQ et de nos partenaires, au lancement de l’ouvrage L’état des commissions scolaires, portrait de la FCSQ et de ses membres et du site web etatdescommissionsscolaires.quebec. Véritable legs à tous ceux qui se questionnent sur le réseau scolaire et le rôle des commissions scolaires, cet outil
de référence dresse un portrait de l’histoire, des réalisations, des enjeux et des défis de la Fédération et de ses membres.
 
SE PLACER DANS LA POSITION DE L’AUTRE
 
Un mot également sur le chantier que j’ai nommé Soigner le partenariat avec les groupes impliqués en éducation. Les événements, les intérêts, mais surtout les manières bien différentes de comprendre les rôles de chacun auront fait de ce chantier le plus complexe à piloter. C’est celui qui, au quotidien, à travers l’ensemble des rencontres de travail, nous a enseigné à se placer dans la position de l’autre pour mieux accueillir ses préoccupations. Ce que nous avons essayé de mettre de l’avant au cours de la dernière année scolaire, c’est l’idée de la complémentarité des rôles des
acteurs dans la réussite éducative de nos élèves, jeunes et moins jeunes. Si ce ne fut pas toujours facile, c’est

incontournable. Nous devons travailler ensemble pour l’intérêt supérieur, la réussite du plus grand nombre.
 
LA PERTE D’UN AMI
 
L’année scolaire s’est conclue sur une triste note, avec le décès du fondateur de notre système public d’éducation et premier ministre de l’Éducation du Québec, M. Paul Gérin-Lajoie. Les hommages pleuvent et le choix de faire des funérailles nationales s’imposait. À la FCSQ , nous déplorons la perte d’un mentor, d’un guide, d’un ami indéfectible s’étant maintes fois porté à la défense de la démocratie scolaire. Le père de la gratuité scolaire nous a quittés à un moment où le Québec se penche sur l’idée même d’une gratuité favorisant l’accès à l’excellence en éducation et au
service de la réussite du plus grand nombre. Comme socle incontournable d’une société éduquée, la FCSQ travaillera sans relâche pour poursuivre cette œuvre monumentale. C’est un engagement ferme, un hommage obligatoire à sa mémoire. Nous sommes tous animés de la volonté à poursuivre son œuvre.
 
CHANTIERS POUR L’AN PROCHAIN
 
Il y aura des élections au Québec cet automne et les élus scolaires auront à prendre leur place et influencer le débat sur les enjeux en éducation au cours de la campagne électorale. L’autre défi qui nous attend est celui de poursuivre la démarche entamée avec M. Villemure, laquelle doit mener à identifier quelles sont les compétences des élus scolaires sur la base des pratiques existantes. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’entreprendrai la poursuite de
mon mandat à la rentrée.
 
Je souhaite à toutes et à tous de bonnes vacances! •

Aucun commentaire pour le moment.