Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Mars 2017

L’éducation ailleurs dans le monde

AFRIQUE DU SUD

LA FORMATION EN LIGNE POUR ÉLARGIR L’ACCÈS À L’ÉDUCATION

L’Afrique du Sud prend la voie des nouvelles technologies de l’information pour atteindre les élèves qui n’ont pas accès à l’éducation traditionnelle. Les tablettes, les ordinateurs portables et l’apprentissage numérique font partie des moyens utilisés pour rendre le système d’éducation sud-africain plus accessible.

Cette avancée est majeure pour un pays en voie de développement situé sur le continent le plus pauvre de la planète. D’ailleurs, le projet pourrait être un tremplin exceptionnel pour l’Afrique. En effet, dans l’ensemble des pays africains, ce sont encore plus de 30 millions d’enfants d’âge primaire qui ne vont pas à l’école, soit plus de la moitié du total mondial.

Grâce à des entreprises comme Ogilvy ou Barclays, des programmes permettent désormais à des étudiants universitaires d’apprendre directement des experts du domaine qui les intéresse. Les livres interactifs, les images et les vidéos font partie des méthodes d’apprentissage privilégiées. Il ne s’agit pas seulement d’une évolution élargissant l’accès à l’éducation, c’est aussi une nouvelle manière de faire évoluer la pédagogie et la façon dont les savoirs sont transmis. Une fois bien en selle, le projet pourra être étendu à tout le système d’éducation.

Toutefois, le grand défi pour ce progrès technique dans le domaine de l’éducation est l’accès au Web en Afrique, où la technologie demeure très peu avancée. Internet est plutôt lent et les coûts pour y accéder sont encore exorbitants. En Afrique du Sud, le gouvernement injecte une somme importante pour contrer ces embûches et donner un coup de main considérable à la formation en ligne.

Source : www.bbc.com/news/business-38717976


TURQUIE

DES INVESTISSEMENTS MASSIFS POUR L’ÉDUCATION DES RÉFUGIÉS SYRIENS

Depuis le début de la crise qui déchire le peuple syrien, la Turquie, pays voisin, est sans aucun doute sa plus grande terre d’accueil, particulièrement pour les enfants. Pilier incontournable de l’intégration de ces jeunes à la société turque, l’éducation représente pour eux une bouée inespérée vers une deuxième chance.

Pour aider la Turquie à bien accueillir les jeunes réfugiés, l’Europe y a investi des sommes considérables dans l’éducation. La Commission européenne a ainsi signé des contrats totalisant 270 millions d’euros pour que soient construites et équipées des écoles supplémentaires sur le territoire turc. Un soutien technique sera également offert au ministre de l’Éducation de la Turquie dans la gestion des infrastructures.

Par ailleurs, l’UNICEF a indiqué que plus de 500 000 enfants syriens réfugiés sont en ce moment inscrits dans des écoles en Turquie, ce qui correspond à une augmentation de plus en 50 % des inscriptions. Pourtant, près de 380 000 jeunes Syriens n’ont toujours pas accès au système d’éducation – un défi de taille pour les Turcs. Tout comme l’Union européenne, l’UNICEF travaille en étroite collaboration avec le gouvernement turc afin de renforcer le système d’éducation, d’en favoriser l’accès aux réfugiés syriens et d’améliorer la qualité du transfert des connaissances.

Source : www.neweurope.eu/press-release/facility-for-refugees-in-turkey-the-eu-invests-in-the-education-of-70000-syrian-refugee-children


FRANCE

LE POINT SUR L’OBJECTIF DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR L’ÉDUCATION

Un peu plus d’un an après l’adoption de l’Objectif de développement durable pour l’éducation (ODD 4, Éducation 2030), les pays membres de l’Europe et d’Amérique du Nord ont fait le point sur leurs engagements et leurs projets communs en éducation au siège de l’UNESCO à Paris.

L’éducation des réfugiés, l’éducation des citoyens aux changements climatiques et les compétences requises pour prévenir l’extrémisme violent font partie des sujets abordés par les représentants des pays. Divers experts sont intervenus sur la nécessité d’assurer une éducation de qualité aux nouveaux arrivants, qui doivent souvent évoluer dans une langue qui leur est étrangère. D’autres débats ont porté sur les groupes sous-représentés, comme les autochtones ou les jeunes en situation de handicap.

Les avancées et les défis qui attendent le système d’éducation respectif des divers pays d’ici 2030 ont également été à l’ordre du jour. L’année précédente, les États avaient voté des engagements communs afin d’aligner les divers plans nationaux en éducation sur des objectifs communs. Chose certaine, les pays ne partent pas tous de la même ligne de départ, mais le but de cette collaboration est que tous tendent vers un même objectif.

Source : www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/one_year_on_europe_and_north_america_take_stock_of_educati/

Aucun commentaire pour le moment.