Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Mars 2017

Les saines habitudes de vie

Un ingrédient essentiel pour la réussite

| Par Sylvie Bernier, ambassadrice des saines habitudes de vie

C’est avec un immense plaisir que j’ai accepté la présidence d’honneur du concours des Prix d’excellence de la Fédération des commissions scolaire du Québec (FCSQ), qui se déroule cette année sur le thème Les saines habitudes de vie : les vivre et les adopter.

La société reconnaît de plus en plus qu’un mode de vie sain et actif contribue non seulement à la santé, mais aussi à la réussite éducative, à la persévérance scolaire et au bien-être en général.

Cela fait déjà plus de 30 ans que je fais des saines habitudes de vie mon cheval de bataille. Durant les six dernières années, je me suis promenée un peu partout au Québec pour rencontrer les décideurs de tous les milieux. Dans le milieu scolaire, j’ai pu apprécier le leadership de personnes passionnées et engagées dans les écoles et les commissions scolaires qui réalisent des projets qui stimulent le plaisir de bouger et de manger sainement chez les élèves.

Depuis dix ans, des milliers d’initiatives qui misent sur le développement des compétences chez les élèves et le perfectionnement du personnel ont été mises en œuvre partout au Québec, notamment grâce à la Politique-cadre Pour un virage santé à l’école et au soutien du fonds Québec en Forme.

Près de 3 000 enseignants du préscolaire, éducateurs physiques et éducateurs en services de garde en milieu scolaire ont été formés en matière de développement moteur au sein de 55 commissions scolaires. Des centaines d’écoles primaires ont encouragé le jeu actif par l’animation, l’organisation ou l’aménagement de leur cour.

Un millier d’établissements scolaires se sont dotés de plans de déplacement et ont réalisé des activités d’éducation et de sensibilisation aux allers-retours sécuritaires à pied et à vélo entre la maison et l’école. Plus de 1 000 écoles ont adhéré à la campagne WIXX, qui favorise le plaisir de bouger chez les préadolescents.

Des dizaines de milliers de jeunes du primaire et du secondaire ont également pu développer leurs compétences alimentaires et culinaires lors d’ateliers de cuisine ou de projets de jardinage. S’ajoutent à cela de nombreuses initiatives et projets sur la nutrition sportive, les boîtes à lunch et le développement d’une image corporelle saine.

Je suis convaincue que l’on peut collectivement se réjouir du chemin parcouru au cours des dernières années en matière de promotion des saines habitudes de vie à l’école. Un second souffle à ce mouvement est toutefois souhaitable particulièrement au plan de l’aménagement intérieur et extérieur des écoles et de l’intégration des programmes et des mesures dans les pratiques des écoles et des commissions scolaires.

Je m’explique, on peut penser qu’encore bien peu d’élèves  bénéficient de conditions favorables lors de la période du dîner pour prendre le repas dans un environnement convivial. Par exemple, seulement 15 % des élèves du primaire ont le privilège de prendre leur repas dans un local prévu à cet effet. L’Association québécoise de la garde scolaire travaille actuellement sur le projet Ensemble pour des contextes de repas plus conviviaux. Celui-ci vise non seulement à améliorer l’environnement social lors de la période des repas, mais aussi à repenser l’aspect physique du lieu qui leur est réservé. Les cours d’école et les gymnases constituent pour leur part des endroits qui doivent demeurer attrayants et accessibles à la pratique d’activité physique au quotidien.

Pour éviter que ces avancées ne tombent dans l’oubli après le départ de leur instigateur, il importe que les initiatives et les programmes reposent davantage sur une responsabilité collective au sein des équipes-écoles et qu’ils s’intègrent dans les pratiques et les politiques organisationnelles à tous les niveaux plutôt que de reposer sur une volonté individuelle.

Enfin, l’apport de la communauté est aussi un facteur de succès qui mérite d’être souligné. Elle permet par exemple de tirer pleinement profit des luxuriants jardins scolaires durant la saison estivale. Aussi, en assurant la présence de brigadiers scolaires ainsi qu’en mettant en place des mesures d’apaisement de la circulation et des pédibus, la communauté maximise l’efficacité des activités d’éducation et de sensibilisation au transport actif réalisées dans les écoles.

C’est en reconnaissant l’implication des porteurs convaincus et convaincants des saines habitudes de vie dans nos écoles, qu’une initiative comme les Prix d’excellence de la FCSQ contribue à faire évoluer la norme sociale vers des pratiques qui favorisent à la fois les saines habitudes de vie et la réussite éducative de nos élèves. Le mouvement est bien vivant. Ensemble, poursuivons nos efforts afin d’offrir à tous nos jeunes les meilleures conditions pour se développer à leur plein potentiel ! •

Aucun commentaire pour le moment.