Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Décembre 2016 - Dossier spécial sur la culture à l'école

La valorisation en cadeau

| Par Josée Bouchard, présidente de la FCSQ

photo-josee-bouchardC’est sur une note optimiste que se termine l’année en cours et que débutera l’année 2017 pour le réseau scolaire. Avec la sanction du projet de loi no 105, les débats sur la gouvernance des commissions scolaires sont derrière nous. Et après avoir participé de manière constructive aux consultations du ministre de l’Éducation pour l’élaboration d’une politique  gouvernementale sur la réussite éducative, les attentes des élus scolaires sont élevées. Nous y avons plaidé pour une réelle vision de l’éducation, avec des principes et des objectifs auxquels toute la société adhère et qui sont portés par l’ensemble du gouvernement. C’est évidemment avec beaucoup d’intérêt que nous suivrons ce dossier. J’ai assuré le ministre Sébastien Proulx de l’entière collaboration des élus scolaires pour mobiliser tant le personnel de leur commission scolaire que leurs partenaires autour de cette politique, notamment pour mettre celle-ci en application en fonction des besoins et des réalités de leur milieu.

Mais mon plus grand souhait demeure que l’éducation, et plus particulièrement l’école publique, soit davantage valorisée au Québec. Valoriser l’école publique, c’est valoriser les enseignants et tout le personnel des écoles qui travaillent sans relâche chaque jour pour la réussite des élèves, et c’est aussi valoriser le travail, les efforts et les rêves des élèves, jeunes et adultes, qui fréquentent nos établissements avec plein de projets en tête et qui s’y  épanouissent. Il faut aussi que l’éducation devienne une réelle priorité à l’Assemblée  nationale. Nous avons l’un des meilleurs systèmes publics d’enseignement au monde, il faut se le dire et en être fier !

UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE

Valoriser l’éducation c’est aussi poser des gestes concrets pour encourager la persévérance scolaire. Une responsabilité partagée par les parents, qui doivent s’intéresser à ce que leur enfant apprend et réalise à l’école, par les employeurs, qui doivent limiter le nombre d’heures de travail qu’ils demandent aux élèves pour leur permettre de consacrer suffisamment de temps à leurs études, par la société, particulièrement des médias qui doivent avoir un souci d’équité dans leur traitement de l’information, et bien sûr, par le gouvernement qui doit valoriser notre système public d’éducation et le financer adéquatement. Il faut être vigilant et surtout conscient de notre responsabilité face à la réussite des jeunes. Notre comportement influence la perception qu’ils ont de l’école publique.

L’éducation doit aussi faire partie de la vision à long terme que l’on souhaite pour le développement de notre société, notamment en ce qui a trait aux besoins en main-d’œuvre. C’est pourquoi la valorisation de la formation professionnelle est aussi importante. Si beaucoup de travail reste à faire pour la valorisation de l’éducation publique en général, la tâche est encore plus importante pour la formation professionnelle. Malgré tous les efforts consentis, force est de constater qu’elle souffre encore de beaucoup de préjugés.

Lorsque des entreprises ou des organismes sociocommunautaires acceptent de s’associer à des projets qui favorisent la réussite des élèves, ou en entreprennent certains eux-mêmes, ils contribuent à valoriser l’école publique et affirment clairement l’importance de l’éducation pour le développement d’une société. La réussite des élèves est au cœur de la mission des commissions scolaires, mais c’est en adoptant une attitude d’ouverture, d’écoute et de dialogue avec nos partenaires de tous les milieux que nous atteindrons notre objectif commun, soit la réussite du plus grand nombre.

L’éducation est le fondement de notre société. C’est la base commune qui nous définit comme peuple et comme citoyens. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser aller cette richesse qui nous a demandé tant d’efforts à bâtir collectivement. Si nous n’accordons pas l’importance qu’il se doit à l’éducation, c’est notre langue, notre culture, notre économie et notre  démocratie qui en souffriront.

Je souhaite à tous les élus, au personnel du réseau et à leur famille, ainsi qu’à nos partenaires un joyeux temps des fêtes et une bonne année 2017 ! •

Signature-Josee-Bouchard

Aucun commentaire pour le moment.