Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Réussite des élèves

La formation à distance et l’adéquation formation-emploi : une combinaison gagnante

| Par Marcelle Parr, conseillère, Recherche et développement à la SOFAD
photo-marcelle-parr-sofad

Marcelle Parr, conseillère, Recherche et développement à la SOFAD

Dans un rapport d’Emploi-Québec de 2014 1, on a estimé à 1 358 500 le nombre de postes à pourvoir au Québec pour la période de 2013-2022, dont 81 % (1 104 700) pour combler des départs à la retraite. 

À l’approche de l’adoption du projet de loi no 70, Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ainsi qu’à favoriser l’intégration en emploi, penchons-nous sur quelques mesures déjà amorcées pour soutenir ce vaste chantier où la formation à distance joue un rôle de premier plan : l’accroissement des stages, l’amélioration de la reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) et l’utilisation des technologies et de la formation à distance (FAD).

L’ACCROISSEMENT DES STAGES ET LA FORMATION À DISTANCE

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) et le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS) ont mis en place divers programmes incitatifs pour accroître la durée des stages en entreprise jusqu’à 50 % de la durée des programmes d’études de la formation professionnelle et de la formation technique. Ce nouveau partage de responsabilités entre le milieu éducatif et le monde du travail crée des impacts majeurs sur l’organisation des activités éducatives dans les deux milieux.

fille_perceuseDans l’entreprise, le stagiaire réalisera un grand nombre d’apprentissages non seulement pratiques, mais aussi théoriques, que ce soit pour complémenter des activités pratiques ou même s’approprier la totalité d’un cours (sécurité au travail, lecture de plans, communication au travail). Voilà en quoi le recours à la formation à distance s’avère avantageux. Le stagiaire chemine dans les aspects plus notionnels à l’aide de matériel d’apprentissage conçu à cet effet et les réinvestit à l’intérieur de ses activités de stage.

De plus, dans le but de maintenir des liens réguliers, le superviseur, l’enseignant responsable et le stagiaire utilisent des carnets de liaison dans lesquels ils déposent et consultent l’ensemble du matériel nécessaire au stage. Lorsqu’ils sont sous formats numériques et associés à des outils de communication, ces carnets de liaison permettent d’effectuer d’excellents suivis à distance. Le stagiaire, le superviseur et l’enseignant ont accès les uns aux autres en temps quasi réel. Les carnets numériques deviennent un lieu d’échanges où tous apportent leur contribution pour soutenir la progression du stagiaire. 

Ainsi, l’utilisation de la formation à distance et du numérique dans un projet d’alternance soutient le lien d’apprentissage, enrichit le parcours du stagiaire et bonifie les activités de supervision et d’encadrement.

LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET LA FORMATION À DISTANCE

L’un des défis majeurs de l’adéquation formation-emploi réside dans la capacité de mettre au travail les personnes qui possèdent des compétences acquises par une voie autre que scolaire. De nombreuses initiatives mises en place pour bonifier la reconnaissance des acquis et des compétences portent ses fruits. La clientèle s’agrandit, que ce soit aux fins d’intégration en emploi, de maintien en emploi ou de développement professionnel.

Plusieurs personnes voudront compléter la formation manquante pour obtenir un diplôme. Or, la réalité de la formation en établissement n’est pas souvent adaptée aux personnes en emploi. Voilà une autre utilité à la formation à distance : proposer une formation manquante accessible, souple et adaptée.

Certains gestes professionnels liés au métier ne peuvent s’acquérir à distance et il est nécessaire d’offrir une diversité de moyens pour la formation manquante, incluant l’alternance travail-études. L’intégration RAC – ATE – FAD mérite la plus grande attention : en contexte d’adéquation formation-emploi, de plus en plus d’établissements offrent des parcours scolaires articulés autour de ces trois filières.

LA FORMATION À DISTANCE COMME MODALITÉ COURANTE D’ACCÈS À LA FORMATION

Examinons maintenant la formation à distance en tant que mode de formation distinctif. L’utilisation accrue des technologies et de la FAD aux fins d’une meilleure adéquation formation-emploi est d’abord vue en réponse aux besoins des régions. Pourtant, on constate que si la FAD est une solution à l’éloignement, son usage est très répandu en milieu urbain. La souplesse, la flexibilité et l’accessibilité qu’elle procure en font un premier choix pour un nombre de plus en plus grand d’utilisateurs.

Il n’y a pas si longtemps, la frontière entre la formation à distance et la formation en classe était nette. Avec l’avènement des technologies, une forme d’hybridité s’est installée : on apprend à distance de la maison ou de l’entreprise à l’heure qui nous convient, on se connecte à distance en même temps que les collègues de notre cohorte, et dans toute une panoplie de déclinaisons intermédiaires. 

En se diversifiant, l’offre de formation à distance est devenue une avenue privilégiée pour combler des besoins de formation de plus en plus variés. Sans compter que la formation à distance attire en formation des clientèles qui n’y viendraient pas autrement. Loin d’être un mode alternatif relégué à la marginalité, la formation à distance est en voie de devenir une filière courante d’accès à la formation.

En tant que mode d’apprentissage qui fait appel à une plus grande autonomie, la formation à distance doit être accompagnée par des ressources tutorales qui accueillent, répondent aux questions, relancent, soutiennent l’autonomie, offrent des rétroactions et guident vers la réussite. Enseigner à distance et mettre en place une formation à distance, c’est s’orienter vers une pédagogie de l’apprentissage 2.

CONCLUSION 

Qu’il s’agisse de répondre aux besoins de formation manquante après une reconnaissance des acquis et des compétences, de développer une formation alternée avec l’entreprise ou d’élargir l’offre de services en formation initiale ou continue, la FAD se présente comme une solution souple et adaptée, capable de répondre à des besoins locaux, régionaux ou nationaux.

Du Rapport Parent qui, en 1963, recommandait déjà d’utiliser la radio ou la télévision pour organiser les cours du soir, jusqu’au Forum adéquation formation-emploi de 2011, dont plusieurs pistes impliquent les technologies et la distance, la FAD a toujours été vue comme une voie à investir.

Le défi d’assurer l’accessibilité à l’éducation et celui de satisfaire tous les besoins de formation se situent au coeur de la mission des établissements scolaires. Par la FAD, l’établissement livre la formation en tout temps et en tout lieu, pour mieux servir les personnes en formation et remplir sa mission.

À l’heure des consultations publiques sur la réussite éducative du MEES et des tournées régionales du Rendez-vous national sur la main-d’oeuvre du MTESS, est-il temps de considérer la FAD comme un levier éducatif et socio-économique majeur pour le Québec ? Pourquoi pas ! • 

sofad_____
1  Akanni, F., L. Damak et Y. Hajoui (2014). Le marché du travail et l’emploi par industrie au Québec. Perspectives à moyen terme (2013-2017) et à long terme (2013-2022). Emploi-Québec, MESS.  ISBN : 978-2-550-71087-5 (PDF).

2  Consulter Vers de bonnes pratiques en tutorat à distance. tad.sofad.qc.ca

Aucun commentaire pour le moment.