Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Janvier 2015

Quel avenir pour les commissions scolaires?

DE GRANDS CHANGEMENTS!
| Par Josée Bouchard, Présidente de la FCSQ
presidente-edito

Josée Bouchard
Présidente
FCSQ

D’abord, je tiens à féliciter tous les élus scolaires, présidents et commissaires, pour la déterminationet l’engagement dont ils ont fait preuve envers la démocratie scolaire par leur participation aux élections scolaires du 2 novembre  dernier. Comme  moi, je sais que vous croyez en l’école publique, et c’est par cet engagement pour l’école publique et la réussite des élèves que nous allons faire face aux défis qui s’en viennent, avec l’appui des gestionnaires et de tout le personnel des commissions scolaires.

Encore une fois, le réseau des commissions  scolaires se dirige vers de grands changements! Lesquels exactement? Difficile de le savoir pour le moment même si le portrait commence à se préciser, notamment sur la question des fusions. Dès le lendemain  des élections scolaires, le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Yves Bolduc, a annoncé qu’en raison du faible taux de participation  à ces élections, il allait présenter, vers la fin du mois de février, un projet de loi portant sur la gouvernance  scolaire, les regroupements de services et de commissions scolaires et une décentralisation des responsabilités vers les établissements.

Il est déplorable que le gouvernement  utilise cet argument pour justifier les changements  qui s’en viennent lorsque l’on sait que la tenue d’élections simultanées avec les municipalités assurerait un taux de participation enviable.

photo_groupe_mains_levees-page_garde

DES OBJECTIFS À PRÉCISER

Comme plusieurs l’ont souligné lors d’une rencontre des présidentes, présidents, directrices générales et directeurs généraux, le 20 novembre, et lors du conseil général des 5 et 6 décembre dernier, les commissions scolaires font présentement face à une situation difficile, car les attentes du gouvernement demeurent imprécises. En effet, le ministre Bolduc, vous le savez, nous a présenté un scénario de redécoupages et de regroupements des commissions scolaires, lors d’une rencontre de la Table Québec–Commissions scolaires, le 19 novembre dernier, mais qui n’est justifié par aucun objectif précis. Quelles sont les économies anticipées par le gouvernement avec ces regroupements ? En quoi cela améliorera-t-il les services aux élèves? Des questions que nous avons évidemment posées au ministre, mais qui sont demeurées sans réponse. La seule certitude est que le statu quo n’est pas possible. Lors de la Table Québec–Commissions scolaires du 18 décembre, nous avons pu exposer clairement les préoccupations de toutes les régions du Québec.

Ce qui surprend également, c’est la vitesse à laquelle le ministre veut aller avec ces changements  sans précédent. M. Bolduc a précisé qu’il souhaite que son projet de loi soit adopté au plus tard le 30 juin 2015, et que les changements qui seront proposés dans celui-ci entreront en vigueur pour la rentrée scolaire 2016. Et alors que l’on commençait à prendre connaissance de ces changements importants, le premier ministre a annoncé qu’il avait confié à son ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport la tâche de présenter une vision de l’éducation pour 2020, dès cet hiver.

Je vous rappelle également que la Commission de révision permanente  des programmes, présidée par Mme Lucienne Robillard, doit remettre ses recommandations au gouvernement en juin prochain, concernant notamment le réseau de l’éducation. Tout cela sans compter la présentation du budget par le ministre des Finances, prévu en mars, qui risque de nous imposer de nouvelles compressions compte tenu de l’objectif d’atteinte de l’équilibre budgétaire pour 2015-2016.

L’ÉLÈVE AU CENTRE DES DÉCISIONS

Comme moi, je sais que vous déplorez le débat de structures actuel, lequel pourrait avoir comme fâcheuse conséquence de nous éloigner des efforts de mobilisation pour la persévérance scolaire qui donnent des résultats encourageants depuis quelques années. L’élève doit être au centre des préoccupations du gouvernement, comme il l’est pour nous et nous allons lui rappeler sans relâche.

exergue_editorial-bleu

Je suis tout à fait consciente que cette situation crée un climat d’incertitude difficile à vivre, tant pour les élus, les gestionnaires que les employés et leur famille, et je suis de tout cœur avec vous. Je crois que c’est en demeurant solidaires et en gardant toujours en tête notre seul et unique leitmotiv, la réussite des élèves, que nous réussirons  à passer à travers les défis importants qui se dressent devant nous. Je n’ai aucun doute qu’encore une fois les commissions  scolaires feront la démonstration  de leur professionnalisme et de leur efficience.

Il faut se le dire et en être fiers : le réseau scolaire est efficace et efficient comme l’ont démontré les conclusions récentes du rapport du Comité d’experts sur le financement, l’administration, la gestion et la gouvernance  des commissions scolaires et de l’étude de la FCSQ sur le financement  public des établissements privés. Les résultats enviables des élèves québécois aux enquêtes internationales font aussi la démonstration que nous avons l’un des meilleurs systèmes d’éducation au monde, et cela est rendu possible grâce à la mobilisation de tout le réseau pour la réussite des élèves.

groupe-personnes-femmes-avantDÉBUT DES NÉGOCIATIONS

Enfin, l’année qui commence marque également le début des négociations pour le renouvellement des conventions  collectives. C’est donc avec l’objectif de compter sur des conventions collectives modernes, plus souples et mieux adaptées aux nouvelles réalités éducatives pour le plus grand bénéfice des élèves, jeunes et adultes, qu’ont été déposées les offres patronales en décembre dernier. Ces offres sont le résultat d’une vaste consultation auprès des gestionnaires qui a permis d’identifier des problématiques auxquelles nous souhaitons apporter des solutions, dans un esprit d’ouverture et de collaboration avec les représentants  syndicaux.

L’année 2015 sera définitivement une année charnière pour l’avenir de l’école publique au Québec!

Josée Bouchard
Présidente, Fédération des commissions scolaires du Québec

Aucun commentaire pour le moment.