Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Juin 2014

La transidentité chez les jeunes ou le phénomène des bébés pigeons

| Par Annie Pullen Sansfaçon, professeure, École de service social, Université de Montréal, et vice-présidente, organisme Enfants transgenres Canada - [email protected]

« Avez-vous déjà vu un bébé pigeon ? » Lorsque nous posons cette question en conférence ou en journée de formation sur la transidentité chez les enfants, les participants répondent pour la plupart du temps « non », en nous regardant avec un air confus. Notre réponse : « Vous êtes d’accord que ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas qu’ils n’existent pas ? Les enfants trans*, ils sont comme les bébés pigeons – c’est seulement qu’on ne les remarque pas. »

Enfants transgenres

Un enfant trans* ou un enfant « non conforme » dans l’identité ou l’expression du genre, est un enfant qui se sent ou s’exprime différemment de ce qu’on s’attend de lui/elle pour son sexe anatomique (par exemple, un garçon qui dit se sentir comme une fille). Bien qu’il soit difficile de trouver une statistique incontestée sur la prévalence des enfants trans*, entre autres, parce que plusieurs d’entre eux sont invisibles (n’ayant pas toujours la liberté de s’exprimer ainsi en public)1, on croit qu’environ 2,3 % à 8,3 % des enfants s’expriment ou se sentent différents de ce que leur indique leur sexe anatomique, ou adoptent, à divers degrés, des comportements non conformes à leur genre 2. D’ailleurs, la psychologue américaine Diane Ehrensaft 3 expliquait récemment que certains enfants non conformes dans l’expression de leur genre sont en fait des jeunes qui sont en pleine exploration de leur identité sexuelle ou de genre. Lorsqu’on rencontre un jeune trans* dans une école, il faut donc comprendre l’expérience de ce jeune comme en étant un processus, plutôt qu’un résultat en soi. En effet, plusieurs jeunes trans* s’identifieront en tant que lesbiennes, gaies, bisexuelles,  transsexuelles, transgenres, ou en questionnement (LGBTTQ) à l’adolescence 4. Cela dit, peu importe l’aboutissement de ce processus, ces jeunes, en étant variant dans l’expression de leur genre, expriment leur réelle identité et donc, il est important de la reconnaître et de la soutenir, comme on le ferait pour les autres enfants.

enfants-dos

1 Hellen, M. “Transgender Children in Schools.” Liminalis: journal for sex/gender emancipation and resistance (2009): 81-99.

2 Moller, Birgit, Herbert Schreier, Alice Li, and Georg Romer. “Gender Identity Disorder in Children and Adolescents.” Current Problems in Pediatric and Adolescent Health Care 39 (2009): 117-143.

3 Enrensaft, D (2014) From Gender Identity Disorder to Gender Identity Creativity: The Liberation of Gender-Nonconforming Children and Youth. dans Meyer, E. J et Pullen Sansfaçon, A (Eds.) Transgender and Gender Creative Youth: Schools, Families, and Communities in Action. California: Peter Lang

4 Knafo, A.,Iervolino, A.,& Ploming R. (2005). Masculine girls and feminine boys: Genetic and environmental contributions to atypical gender development in early childhood. Journal of Personality and Social Psychology, 88 (2), 400-412.

boy-183306_1280Travailler ensemble pour une plus grande inclusion

Malheureusement, les jeunes trans* sont les plus susceptibles d’être victimes de harcèlement basé sur le genre et le sexe à l’école 5, et de se suicider 6. Pourtant, les recherches reconnaissent que ces problèmes sont souvent causés par un manque d’acceptation sociale 7. Par conséquent, l’essentiel des problèmes qu’ils rencontrent au quotidien n’est pas attribuable à la manière dont ils s’identifient, mais plutôt de la manière dont ils sont perçus et traités.

L’école pour un jeune trans* peut donc se transformer en un site terrorisant si le soutien nécessaire n’est pas mis en place. En effet, même lorsqu’ils sont soutenus par leurs parents, les jeunes trans* font face à plusieurs défis quotidiens : par exemple, l’utilisation des lieux ségrégés que sont les toilettes ou les vestiaires s’avère poser des périls particuliers.

Heureusement, les commissions scolaires peuvent jouer un rôle important dans la vie des enfants trans*, en mettant en place des politiques inclusives pour assurer leur bien-être et les protéger. Ces politiques s’intègrent d’ailleurs bien dans le plan québécois de lutte contre l’homophobie, qui vise à protéger les minorités sexuelles, dont font partie les enfants trans*.

5 Meyer, E. (2006). Gendered harassment in North America: School-based interventions for reducing homophobi  and heterosexism. In C. Mitchell & F. Leach (Eds.), Combatting gender violence in and around schools. Stoke on Trent  UK:Trentham Books

6 Klomek, A.B., F. Marrocco, M. Kleinman, I.S. Schonfeld, and M.S. Gould. “Peer Victimization, Depression, and Suicidiality in Adolescents.” Suicide and Life-Threatening Behavior 38, no. 2 (2008): 166-180

7 Voir Meyer, E. J et Pullen Sansfaçon, A. (2014) (Eds.) Supporting Transgender and Gender Creative Youth: Schools, Families, and Communities in Action. California: Peter Lang pour une discussion détaillée des influences sociales.

encadre-p21Bien s’informer sur la réalité des jeunes trans*, écouter leurs besoins ainsi que les besoins de leur famille, et développer des stratégies telles que leur permettre l’utilisation des toilettes qui correspondent à leur identité (ou des toilettes neutres) et présenter le matériel scolaire en évitant le plus possible les  stéréotypes de genres, contribuent toutes à l’inclusion des jeunes trans* dans leurs écoles. Couplées avec des interventions qui visent spécifiquement à informer les enfants sur la diversité de genre et des politiques pour contrer l’intimidation et le harcèlement, ces stratégies permettront aux jeunes trans* de s’épanouir. De plus, il semble que les stéréotypes de genres dans les écoles ont un impact direct sur le bien-être tant physique que  psychologique de tous les enfants 8.

Une école inclusive où les enfants trans* sont respectés et où la diversité sexuelle est célébrée contribue donc non seulement au bien-être de tous les jeunes, mais aussi au développement d’une société plus juste et tolérante aux diversités sexuelles et de genre 9.

Pour plus d’informations et obtenir du matériel pédagogique, visitez : enfantstransgenres.ca

8 Hendrix K.E et Wei. F.F (2009) Gender difference in preschool children’s recall of competitive and non competitive computer mathematics game. learning, Media & technology 34(1) 27-43

9 Voir Olaiya, E. A et Petronella, A. C (2011) Why does gender matter? Counteracting stereotypes with young children. Dimensions if Early childhood, vol 39(3) pp 11-19

Aucun commentaire pour le moment.