Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Prix d’excellence de la FCSQ 2012-2013

Récipiendaires

Commission scolaire des Grandes-Seigneuriescategorie-primaire

Le recyclage leur rapporte une collection de trophées

RecyVermico Express, entreprise entièrement gérée par des élèves de 9 à 12 ans de l’école primaire Saint-Viateur-Clotilde-Raymond, de la  Commission scolaire des Grandes-Seigneuries, a accumulé 14 trophées depuis ses débuts, il y a quatre ans, et joue dans la cour des grands avec une seconde nomination comme finaliste pour un Phénix, la plus haute distinction environnementale au Québec. Pour la présidente de la commission scolaire, Mme Marie-Louise Kerneïs, la recette de ce succès repose sur un environnement épanouissant et une enseignante engagée. « Ce projet unique pour un groupe de niveau primaire en adaptation scolaire nous démontre que la confiance en soi et la réussite éducative sont à la portée de tous. »

Cs_grandes_seigneuries-PRIX

L’équipe gagnante, dans la catégorie Préscolaire et primaire, la présidente de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries, Marie-Louise Kerneïs (à l’extrême gauche), la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard, (4e à gauche) et la présidente du concours de la FCSQ cette année, Julie Payette.

« Ces jeunes, qui ont des difficultés graves d’apprentissage, ont deux points majeurs en commun, déclare en entrevue leur enseignante et superviseure, Mme Michelle Beaudin : le goût du dépassement et d’une planète plus verte. Ajoutez-y l’inspiration, l’ingéniosité et une motivation à tout crin. Leur extraordinaire réussite repose aussi sur leur amour du travail qu’ils effectuent le midi, les fins de semaine et en été. »

Observateurs, ces écodesigners sont constamment à la recherche de produits à récupérer pour leur donner une seconde vie. « Un rien les inspire », note l’enseignante. Ils ont débuté avec des articles aussi communs que des sacs de biscuits vides, des pochettes de jus et des goupilles de canette.

« Ce projet unique pour un groupe de niveau primaire en adaptation scolaire nous démontre que la confiance en soi et la réussite éducative sont à la portée de tous. »

Aujourd’hui, de vieilles cravates, des boutons, des fermetures éclair et du fil à broder deviennent, dans leurs mains habiles, des bijoux, des sacs à main, des ceintures, des sacs pour transporter des bouteilles et autres. Ils fabriquent des accessoires pour hommes et femmes à 99 % recyclés après en avoir développé le design et la méthode de production.

 

csgs

Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îlescategorie-secondaire

Rayonnement international pour le Magasin du Monde d’Oka

Une cinquantaine d’élèves de l’école secondaire d’Oka, de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, soutiennent financièrement des projets humanitaires et entrepreneuriaux en Amérique latine en dégageant des profits de leur Magasin du Monde, une entreprise d’économie sociale sans but lucratif dévouée au commerce équitable et biologique.

Lors d’un lavothon en 2005, ces élèves réalisent qu’il est insensé de gaspiller de l’eau pour financer un projet d’eau potable au Pérou. Ils créent leur entreprise et, depuis, les profits ont permis de distribuer des dizaines de milliers de dollars en dons directs pour des projets de solidarité internationale et à des coopératives du commerce équitable. Leur rayonnement est international et Oxfam-Québec a produit deux vidéos de cette expérience pour les diffuser partout.

Cs_seigneurie_mille_iles-PRIX

L’équipe gagnante, dans la catégorie Secondaire, la présidente de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, Paule Fortier (à l’extrême gauche), la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard, (4e à droite) et la présidente du concours cette année, Julie Payette.

La commission scolaire est très honorée de recevoir un Prix d’excellence de la FCSQ pour ce Magasin du Monde, affirme la présidente, Mme Paule Fortier. C’est un bel exemple de projet qui fait appel au travail et à la persévérance des élèves tout en élargissant leur vision du monde. « Ce projet s’inscrit parfaitement dans les orientations du plan stratégique de la commission scolaire qui vise la réussite de tous nos élèves. »

« En 30 ans, je n’ai jamais vu un projet d’apprentissage aussi complet. »

« Les jeunes gèrent leur entreprise de A à Z », explique en entrevue leur accompagnateur, M. François Gervais, animateur de vie spirituelle et d’engagement communautaire. « Ils font tout, du conseil d’administration à la mise en marché, en passant par les ententes avec les fournisseurs. En 30 ans, je n’ai jamais vu un projet d’apprentissage aussi complet. »

M. Gervais remarque que les participants obtiennent de meilleurs résultats scolaires et améliorent leurs compétences et leurs valeurs. Il parle, entre autres, de solidarité, d’estime de soi, d’art du compromis, de lecture, d’écriture et de mathématiques.

 

Commission scolaire de la Beauce-Etchemincategorie-ÉA

Le théâtre au service de l’enseignement et de l’environnement

Le Centre d’éducation des adultes Monseigneur-Beaudoin-Les Sources, de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin, utilise l’art dramatique comme stratégie d’acquisition de compétences pour sa clientèle atteinte de déficience intellectuelle légère et moyenne.

« Vingt-cinq élèves ont connu un grand succès, le 11 mars dernier, en présentant leur pièce au public dans une salle où l’émotion était palpable. Ces artistes amateurs apprennent généralement un texte par coeur mais, cette année, ils ont créé la pièce et le décor », souligne en entrevue le directeur adjoint du centre, M. Martin Veilleux.

Cs_beauce_etchemin-PRIX

L’équipe gagnante dans la catégorie Éducation des adultes, le président de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin, Charles-Henri Lecours (au centre), la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard (3e à droite), et la présidente du concours cette année, Julie Payette.

Ils ont choisi le thème de l’environnement et ont mis en commun leur imagination et mémoire pour capter des sensations auditives, sensorielles, olfactives et visuelles qu’ils ont intégrées en mouvements corporels dans quatre tableaux : les fleurs, l’eau, les arbres et le monde. Une projection d’images soutenait chacune des scènes.

Ce projet, remarque M. Veilleux, a contribué au développement intellectuel de ses participants en plus de les sensibiliser à l’environnement. Sur scène, ils sont devenus des pédagogues, des éléments déclencheurs de réflexion pour la population. Les élèves ont acquis de l’assurance et sont allés plus loin que le maintien de leurs acquis en démontrant publiquement que, même s’ils sont différents, ils ont des capacités, de l’autonomie et
une vision du monde. »

Le président de la commission scolaire, M. Charles-Henri Lecours, se réjouit pour sa part qu’un Prix d’excellence de la FCSQ récompense un projet d’intégration sociale qui s’adresse à une clientèle dont on ne parle pas souvent, mais qui n’en est pas moins méritante.

« Leur pièce Peanut, Villette et le pot de fleurs a réussi à ensoleiller la vie des élèves tout autant que celle des spectateurs. »

 

Commission scolaire des Pharescategorie-FP

Une expérience agricole soucieuse de préserver l’environnement dans le Bas-Saint-Laurent

Les élèves du Centre de formation professionnelle de Mont-Joli-Mitis, de la Commission scolaire des Phares, ont la chance de passer aisément de la théorie à la pratique dans leur milieu grâce à la ferme-école de leur institution. Ce formidable outil pédagogique permet au centre de contribuer activement au développement social et économique de sa région tout en préservant l’environnement, un des thèmes des Prix d’excellence de la FCSQ 2012-2013.

« Cette ferme-école dispose d’infrastructures attirantes pour les jeunes intéressés au domaine agricole », souligne en entrevue Mme Julie Potvin,  directrice adjointe du centre. La ferme possède un quota laitier, des vaches laitières, 30 bovins de boucherie et des ateliers, derrière la grange-étable,  pour les élèves en horticulture et mécanique agricole.

Cs_des_Phares-PRIX

L’équipe gagnante de la Commission scolaire des Phares dans la catégorie Formation professionnelle, Josée Bouchard, présidente de la FCSQ (au centre) et la présidente du concours cette année, Julie Payette.

« Cette ferme-école est leur ferme. Ils en assument d’ailleurs complètement la gestion à tour de rôle, en équipe de deux. Toutes les décisions leur appartiennent. Ils mettent leurs compétences à l’épreuve et apprennent à devenir de jeunes entrepreneurs novateurs et dynamiques », spécifie Mme Potvin.

« Le Prix d’excellence de la FCSQ réjouit donc toute la Commission scolaire des Phares pour tous ces facteurs et encore plus », soutient son président, M. Raymond Tudeau. « La ferme joue un rôle majeur dans les domaines de la recherche scientifique et du développement expérimental quasi comme les centres de recherche et de transfert technologique qui existent au Québec. Ainsi, l’acquéreur d’un diplôme d’études professionnelles se démarque encore plus pour sa participation à des projets de recherche et à une démarche scientifique complète et structurée », dit-il.

La diffusion des résultats de recherche du centre rehausse sa notoriété à l’extérieur du Québec. On procède  actuellement à une étude sur le soya fourrager qui sera traduite en anglais pour les Maritimes. Certains de ses étudiants viennent de l’Ontario, de la France, de la Côte d’Ivoire et de la Tunisie.

« Cette ferme-école dispose d’infrastructures attirantes pour les jeunes intéressés au domaine agricole »

Commission scolaire de Lavalcategorie-service_cs

Les élèves du primaire adoptent les trottibus à Laval

La Commission scolaire de Laval a trouvé un bon moyen pour inciter ses élèves du primaire à adopter de bonnes habitudes de vie et des comportements responsables afin de protéger la planète : les encourager à marcher pour se rendre à l’école. Mis de l’avant par le Service des communications, le projet J’embarque dans le mouvement répond à plusieurs objectifs dont l’avantage des déplacements actifs et l’augmentation des distances de marche. Sans parler des économies potentielles en transport.

« Véritable mouvement de fond, ce projet amène la concertation à un niveau supérieur », note en entrevue Mme Annie Goyette, conseillère en communications à la commission scolaire. Quelque 12 000 jeunes ont demandé la trousse du marcheur à la rentrée et on a distribué 23 000 électrostatiques à des parents et partisans du plan.

Cs_Laval-PRIX

L’équipe gagnante dans la catégorie Services de la commission scolaire, la présidente de la Commission scolaire de Laval, Louise Lortie (au centre), la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard et la présidente du concours cette année, Julie Payette.

Ce projet touche le bien-être collectif d’une société en santé, la sécurité des jeunes et l’engagement du personnel scolaire et des parents. Ces derniers contribuent entre autres au volet sécurité. En effet, ils encadrent bénévolement la protection des trottibus, ces autobus pédestres utilisés pour le déplacement des élèves.

L’obtention d’un Prix d’excellence de la FCSQ confirme ainsi la nécessité des services d’une commission scolaire et du bénévolat des parents », note la présidente, Mme Louise Lortie, de la Commission scolaire de Laval. « Cet audacieux projet touchant 52 écoles a nécessité une énorme mobilisation
et cette récompense conforte notre sentiment de fierté pour sa réussite. »

Cité en exemple, le programme suscite un partenariat hors du commun. Les médias en parlent et de nombreuses commissions scolaires s’y intéressent. Plusieurs organismes comme Québec en Forme, Sports Laval, Le Grand défi Pierre Lavoie et Forum Jeunesse lui ont manifesté leur
appui.

« Cet audacieux projet touchant 52 écoles a nécessité une énorme mobilisation et cette récompense conforte notre sentiment de fierté pour sa réussite. »

 

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrookecategorie-coup-coeurA

Des enfants de 6 ans structurent un projet de recyclage

Les élèves de l’école primaire Alfred-DesRochers, de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, ont trouvé une solution pour éviter que des gants perdus finissent à la poubelle en leur donnant une deuxième vie en les lavant, les décorant ou en fabriquant des marionnettes. De là est née La Friperie des petits gants.

Avec ce projet, les jeunes ont appris à diminuer leur empreinte écologique par des gestes simples tout en enrichissant leur formation. Leur institutrice, Mme Diane Manseau, parle notamment de leadership, de persévérance, de créativité, de sens des responsabilités, d’entraide, de respect des autres, de valeurs entrepreneuriales et d’estime de soi.

Cs_RDS-PRIX

L’équipe gagnante du prix Coup de coeur, le président de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, Gilles Normand (2e à gauche), la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard (3e à droite) et la présidente du concours cette année, Julie Payette.

Le plus beau et le plus impressionnant de cette réussite, analyse Mme Manseau, c’est de constater la capacité de dépassement chez ces enfants de 6 et 7 ans et de voir jusqu’à quel point ils peuvent acquérir de bonnes habitudes. « Quand je vois briller leurs yeux dans ma classe, j’y puise toute l’énergie et la motivation pour poursuivre encore après 22 ans. »

« Ce Prix d’excellence de la FCSQ est tout un honneur et, pour nous, il symbolise la qualité d’une enseignante dynamique et toujours à la recherche de projets motivants pour ses élèves », ajoute M. Gilles Normand, président de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke.

« Le projet récipiendaire démontre magistralement que, grâce à la créativité, on peut faire beaucoup avec peu. » Déjà à sa deuxième année  d’existence, l’entreprise a déjà « fait un petit » : la rédaction d’un recueil d’une centaine d’idées originales de réutilisation de divers articles  conformément à la détermination de ces élèves à sensibiliser leur entourage aux valeurs des 3RV : réduction, réemploi, recyclage et valorisation.

« Quand je vois briller leurs yeux dans ma classe, j’y puise toute l’énergie et la motivation pour poursuivre encore après 22 ans. »

 

Commission scolaire du Val-des-Cerfs – Mention spéciale des membres du jury

Défis scientifiques ludiques pour comprendre les sciences

Les élèves de 2e secondaire de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs ont bénéficié d’un contact direct avec les sciences grâce à un partenariat inédit entre leur institution et l’entreprise IBM de Bromont. Ils ont pu mettre leur enseignement en pratique par le biais de défis scientifiques ludiques.

« Le moyen mis de l’avant, explique en entrevue le directeur général de la commission scolaire, M. André sier, consistait à relever un défi scientifique et de le réussir. Un de ces projets, à titre d’exemple, comportait la construction d’une éolienne avec du papier, des bâtonnets de bois, du fil, des ciseaux, de la colle et des élastiques; l’engin devait développer suffisamment d’énergie pour soulever des poids de quelques grammes. »

CS_V-D-C-PRIX

L’équipe gagnante de la Mention spéciale des membres du jury pour le projet IBMISTES, le président de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs, Guy Vincent (2e à gauche), la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard (au centre), et la présidente du concours cette année, Julie Payette.

C’est IBM qui a proposé la visite de ses employés dans les classes pour démystifier les sciences. « Nous avons ouvert les portes de nos classes avec enthousiasme », confie M. Messier. Des dizaines de professionnels bénévoles, majoritairement des ingénieurs, et le personnel enseignant ont permis à plus de 1 200 élèves d’avoir un contact concret avec les sciences.

« Le Prix d’excellence de la FCSQ souligne ce partenariat exceptionnel », affirme le président de la commission scolaire, M. Guy Vincent. Il est inusité, selon lui, que les industriels participent de façon aussi intensive et passionnée. Le résultat est tellement fantastique qu’il émet deux souhaits : que cela se reproduise dans d’autres domaines et d’autres commissions scolaires. « C’est un service ajouté bon pour l’entreprise, bon pour nous. »

Les commentaires furent très positifs. Le directeur général raconte, à titre d’exemple, que sa fille en 2e secondaire a compris que les principes scientifiques enseignés en classe trouvaient des applications dans la vie de tous les jours.

La Fédération des commissions scolaires du Québec remercie les membres du jury de sélection du concours présidé cette année par Julie Payette, astronaute. Le comité était formé de Michèle Perron, directrice générale de la Commission scolaire de la Baie-James et de Gilbert Dumont, consultant en éducation.

 

Aucun commentaire pour le moment.