Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Juin 2012

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke : 97 % de succès pour un programme de prévention du décrochage scolaire

| Par Diane Blais, directrice, Service des communications, Commission scolaire de la Région-de- Sherbrooke

La Chaire de recherche de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke sur la réussite et la persévérance des élèves est née en 2007. Celle-ci vise à développer une connaissance fine des élèves décrocheurs afin d’élaborer des programmes d’intervention et de prévention auprès des jeunes, de leur famille et des écoles.

Le titulaire de la Chaire, Laurier Fortin, travaille en étroite collaboration avec la direction générale, les équipes des quatre écoles secondaires ainsi que les services pédagogiques et complémentaires de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS).laurierd-fortin-image-video

Professeur au département de psychoéducation de la faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke, Laurier Fortin a mené, de 1996 à 2007, une des rares études longitudinales au monde sur le décrochage scolaire en suivant une cohorte de 808 élèves de Sherbrooke, de Trois-Rivières et de Québec. Les résultats ont permis d’identifier les principaux facteurs qui permettent de mieux dépister l’élève à risque de décrochage scolaire. La Chaire de recherche de la CSRS a mené plusieurs études auprès de cette clientèle, notamment : les types d’élèves, les processus qui mènent au décrochage scolaire, les programmes différenciés ainsi que le dénombrement des élèves à risque par genres, par classes et par profils scolaires.

Un logiciel de dépistage du décrochage scolaire

En collaboration avec Pierre Potvin de l’Université du Québec à Trois-Rivières, Laurier Fortin a mis au point un logiciel de dépistage du décrochage scolaire. Son développement informatique a été réalisé par la Société GRICS et une entreprise sans but lucratif en assure la distribution dans le réseau scolaire. Les résultats du logiciel sont présentés sous forme d’un bilan personnel de l’élève et de l’école. Ce logiciel a été validé scientifiquement auprès de 5 000 élèves provenant de 16 écoles secondaires. Chaque année depuis 2007, près de 4 500 élèves sont évalués dans les quatre écoles secondaires de la CSRS, à l’aide du logiciel. De ce nombre, environ 40% ont été identifiés à risque de décrochage.

Un programme couronné de succès

Le principal travail de la Chaire a été le développement, l’expérimentation et l’évaluation du programme de prévention du décrochage scolaire Trait d’Union. Implanté depuis quatre ans, les résultats sont des plus concluants. En 2008-2009, parmi l’échantillon de 305 élèves à risque de décrochage qui ont participé au programme, 99 % d’entre eux ont persévéré. Puis, en 2009-2010, du groupe de 279 élèves, 97 % ont persévéré.

programme-traitf-dunion-usherbrooke-image-video

Ce programme est basé sur une relation positive et engageante entre un élève à risque de décrochage et un accompagnateur (enseignant) qui lui est attitré.

Annuellement, les écoles prennent en charge entre 225 et 300 élèves. Environ 150 enseignantes et enseignants s’engagent à être accompagnateurs en plus des chercheurs, des dirigeants et des professionnels qui sont mobilisés afin de favoriser la persévérance chez les jeunes.

Toutes les deux semaines, l’accompagnateur-enseignant rencontre son élève et focalise sur son encadrement à l’aide d’un bilan personnalisé. L’accompagnateur mise sur le cadre de vie, l’engagement scolaire et la résolution de problèmes, en rappelant l’importance et l’utilité de l’école. Et chaque fois, l’élève s’engage face à sa propre réussite scolaire.

La commission scolaire et les directions d’école ont inclus les activités d’accompagnement aux activités régulières de l’école. « Il s’agit donc d’un programme d’encadrement des élèves hors du commun et faisant maintenant partie de la vie de l’école », souligne Michel Bernard, directeur général de la CSRS.

La réussite du programme se fonde également sur le leadership de la direction de la commission scolaire, des écoles et des services éducatifs ainsi que le transfert des connaissances de la recherche au milieu. La formation et la supervision des accompagnateurs, de même que l’évaluation du programme, le tout encadré par un comité de pilotage proactif qui tient des réunions aux trois semaines, sont les autres éléments indispensables au succès.

Le programme comprend deux composantes spécifiques. L’objectif de la composante Trait est d’évaluer, aux deux semaines, le niveau d’engagement des élèves et l’intensité des indicateurs de désengagement scolaire pour chacun des élèves accompagnés (par exemple, les retards, les absences et les échecs). Puis, la composante Union comprend des rencontres entre l’élève et son accompagnateur. L’intervention est multidimensionnelle,
puisqu’elle cible principalement le jeune, mais elle comprend aussi des interactions auprès de la famille, de l’enseignant et de l’école.

La Chaire de recherche de la CSRS a donc constitué pour les élèves des écoles secondaires un soutien important à leur engagement à l’école. Réalisée dans le cadre d’une recherche collaborative, où l’action a toujours été au cœur des préoccupations du comité de pilotage, cette initiative novatrice dans le réseau de l’éducation publique au Québec a permis des résultats concrets et prometteurs.

Aucun commentaire pour le moment.