Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Décembre 2011

Démocratie scolaire

C’est bien de se comparer!
| Par François Grenon, SIVIS conseils - francois.grenon@sivis.ca
Francois-Grenon

François Grenon Conseiller et stratège en communication francois.grenon@sivis.ca

Dans le cadre de mes sessions de formation auprès des commissions scolaires, je rencontre beaucoup d’élus impliqués et passionnés par  ce qu’ils font, mais également blessés de voir qu’on ne reconnaît pas toujours leur travail. Mon expérience professionnelle dans des cabinets politiques, tant sur le plan provincial que municipal, m’a incité à me demander : est-il vrai que la démocratie scolaire est si mal  en point? La réponse est non et ce sont les faits qui parlent. Maintenant, reste à changer les perceptions.

Élus municipaux, élus scolaires, presque le même portrait

Le tableau de la vitalité politique scolaire nous apparaît peut-être moins sombre qu’on voudrait parfois le dépeindre. Cela ne change rien au fait que la population vote peu, mais si on le compare au milieu politique municipal, beaucoup de similitudes peuvent être soulignées. Par exemple, si on se fi e aux statistiques de 2007, un candidat au poste de commissaire pourrait ne pas faire campagne et aurait 2  chances sur 3 d’être élu, faute d’opposition. Intéressant ou inquiétant, c’est à tout le moins révélateur. Mais en cela, le réseau scolaire  n’est pas très différent du monde municipal où 6 candidats sur 10 sont élus par acclamation, tout comme plus de la moitié (55 %) des  maires du Québec. Pourtant, personne ne questionne la légitimité de ces derniers. Car, outre la population votante aux élections scolaires et municipales (8 % environ contre 40 %), les statistiques relatives à ces deux univers sont, sur d’autres points, étrangement similaires.

Deux fois plus de jeunes élus scolairesgroupe-quatre-personnes

Ainsi, on constate autant du côté des élus scolaires que municipaux, qu’il y a parité entre les sexes et que la représentation en fonction de l’âge est pratiquement la même, sauf pour les 35 à 44 ans (possiblement des parents?) qui sont deux fois plus nombreux au scolaire. Le milieu scolaire forme ainsi un plus jeune bassin d’élus. N’est-ce pas là un signe de vitalité pour les commissions scolaires? Toutefois, là  où le monde scolaire ne réussit pas à se démarquer, c’est dans sa capacité à mobiliser une masse critique de candidats aux élections. Avec moins d’un candidat par poste disponible, alors qu’on en compte presque le double au municipal et cinq au provincial et au fédéral, le  milieu scolaire a encore beaucoup à faire pour stimuler les candidatures. Ce défi ne lui appartient pas en propre, mais relève également de l’État québécois qui a une responsabilité majeure en ce sens.

groupe-personnes-femmes-avantLe Québec et ses élus scolaires :  un choix de société

Pour illustrer davantage cette nécessité de mobilisation, seulement 0,5 % des 8 000 postes disponibles au municipal se retrouvent sans candidat alors que ce taux grimpe à 13 % au scolaire pour 6 fois moins de postes disponibles. Il faut naturellement reconnaître, à l’inverse, que le ratio de 5 candidats par poste sur un total de 125 postes à  l’Assemblée nationale n’est, toute proportion gardée, peut-être pas aussi élevé. Toutefois, la population québécoise n’en demeure pas moins intéressée par l’éducation et des élections scolaires et municipales simultanées pourraient certainement apporter des gains en ce sens, y compris au taux de participation le jour du vote.

Difficile de parler d’élections scolaires sans être tenté de sauter également dans le débat faisant rage autour des commissions scolaires. Un débat, faut-il le rappeler, qui tourne essentiellement autour des coûts et non pas autour des bénéfices. À travers les prises de position diverses entourant les structures, il en est une essentielle : la société québécoise estime-t-elle l’éducation suffisamment importante pour que des élus locaux soient dédiés à cette stricte fin? Y répondre non c’est soit transférer cette responsabilité aux municipalités en créant des élus multifonctions et en diluer la nature ou encore, abandonner les priorités locales du système d’éducation à des non-élus. Le choix est clair, si le Québec veut une éducation à son image, ancrée dans ses réalités locales et régionales, il doit encourager la démocratie  scolaire sans plus tarder. Continuer de définir la démocratie scolaire par le faible nombre d’électeurs votants frôle la démagogie, mais si nous choisissons de le faire, il faudra aussi transposer cette perversion mentale du système aux élus municipaux, provinciaux et fédéraux.

  • Note : toutes les statistiques de ce texte ont été puisées sur le site Web du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport de même qu’à la FCSQ. De plus, le  masculin n’a été employé que dans le but d’alléger le texte.
  • François Grenon offre des sessions de formation pour la Fcsq.

Aucun commentaire pour le moment.