Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Décembre 2011

Connaissez-vous les classes portables?

| Par Marie Blouin, conseillère en communications, FCSQ - mblouin@fcsq.qc.ca
Marie Blouin Conseillère en communications FCSQ mblouin@fcsq.qc.ca

Marie Blouin
Conseillère en communications
FCSQ

La Commission scolaire Eastern Townships a implanté, à grande échelle, des ordinateurs portables  dans toutes les classes de toutes ses écoles, passant ainsi de classes ordinaires à des « classes portables ». L’idée est venue à la suite d’une rencontre entre l’ex-directeur général de cette commission scolaire, M. Ron Canuel, et le professeur Thierry Karsenti de l’Université de Montréal, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les TIC en éducation. Une évaluation présentée récemment permet d’en tracer beaucoup d’avantages et précise les défis à relever pour favoriser la poursuite de l’implantation d’un tel modèle qui pourrait s’appliquer dans des écoles primaires et secondaires des différentes commissions scolaires du Québec désirant tenter cette expérience.

Depuis 8 ans, ce sont plus de 5 600 ordinateurs portables qui sont utilisés par tous les élèves de la 3e année jusqu’à la fin du secondaire de cette commission scolaire qu’ils aient ou non des difficultés en classe. Le personnel enseignant, les techniciens, le personnel de  soutien sont aussi équipés d’ordinateurs portables et ils accompagnent les élèves dans leur apprentissage. Tout comme eux, ils reçoivent du  perfectionnement régulièrement afin d’utiliser au maximum leurs outils technologiques.

Plus de 92,6 % des élèves disposent déjà d’un ordinateur à la maison, 63,3 % possèdent un cellulaire alors que 67,6 % utilisent un lecteur numérique portatif. seulement 10,9 % des élèves qui ont participé à l’étude ne disposent pas de connexion internet à la maison.

Que font les élèves en classe?

main_IpadEn classe, les élèves utilisent surtout les ordinateurs à des fins pédagogiques. Ils effectuent une multitude d’activités comme la recherche d’information, l’écriture par le traitement de texte (les élèves adorent taper sur leur ordinateur selon certains de leurs commentaires). Pour susciter leur créativité, ils sont aussi conviés à réaliser des projets multimédias comme des capsules vidéos. Ils ont aussi à faire des  présentations au moyen de logiciels, tel PowerPoint, qui intègrent texte et images pour créer plus d’interactivité. Toutes ces activités  touchent l’ensemble des disciplines scolaires tant en français, en anglais qu’en mathématiques.

Depuis l’implantation des classes portables, le taux de décrochage est passé de 39,4 % en 2004-2005 à 22,7 % en 2008-2009.

La première phase de la recherche est terminée. Elle permet de tracer un bilan positif de la situation. Parmi les avantages soulevés, on  observe une amélioration du taux de persévérance scolaire. Par exemple, à la Commission scolaire Eastern Townships, le taux de décrochage est passé de 39,4 % en 2004-2005 à 22,7 % en 2008-2009; une progression attribuée en partie aux classes portables. Parmi les autres avantages, citons le travail facilité des enseignants et des élèves, l’accès accru à l’information actuelle et de qualité, l’attention et la motivation améliorées des élèves et l’interaction accrue entre les élèves et les parents.

Les résultats obtenus lors de cette première phase permettent aussi d’identifier quelques pistes de réflexion, à savoir : produire des  études plus systématiques de l’impact des technologies sur la réussite éducative des élèves et sur le processus d’adaptation demandé aux enseignants et aux élèves lorsqu’ils passent d’une classe ordinaire à une classe portable.

Quoi qu’il en soit, la recherche poursuit son cours et elle est encourageante pour contribuer à faire du réseau scolaire québécois un leader en matière d’innovation pédagogique par les TIC.

Source : chaire de recherche du canada sur les technologies de l’information et de la communication en éducation, Université de Montréal, 2011. http://etsb.karsenti.ca/documents/syntheseFrancais.pdf

Aucun commentaire pour le moment.