Magazine Savoir FCSQ - Fédération des commissions scolaires du Québec

Mars 2011

Les médias sociaux… Êtes-vous prêts pour les invitations ?

| Par Brigitte Roy, conseillère en communications à la FCSQ - broy@fcsq.qc.ca
roy_brigitte_16

Brigitte Roy

En février dernier, j’ai eu la chance d’assister à la formation du journal Les Affaires sur les réseaux sociaux. Une brochette  d’intéressants conférenciers ont rendu ce perfectionnement très instructif et inspirant. Alors que plusieurs commissions scolaires s’interrogent sur la pertinence de faire leur entrée sur les médias sociaux, voici une synthèse de quelques éléments stratégiques à considérer.

Une comparaison judicieuse

Pour illustrer l’approche à adopter sur les médias sociaux, Stéphane Hamel, conseiller principal chez Immeria, a judicieusement   suggéré de se référer aux règles de conduite à privilégier lors d’un party :
• Si on ne connaît pas un groupe, on y entre délicatement.
• On ne monopolise pas la conversation.
• On ne parle pas que de nous.
• On s’intéresse aux besoins des autres invités et on évite de les froisser.
• On adapte notre manière de se vêtir au type de party (contexte).

Un party chez soi?

Au début, il est toujours plus facile d’observer comment les autres reçoivent avant de prendre la décision de recevoir chez soi… L’étape d’analyse est donc primordiale afin d’établir sa stratégie d’entrée sur les médias sociaux. Selon Andrée Harvey, directrice-conseil chez Phéromone, il faut au préalable :
• Identifier les besoins et attentes de ses clientèles et leur comportement sur les médias sociaux.
• Fixer ses objectifs (recrutement de personnel, persévérance scolaire, service à la clientèle, réseautage, notoriété).
• Définir ses valeurs organisationnelles afin de déterminer quel positionnement utiliser et quel message on souhaite transmettre.

On voudra aussi savoir

laptop-820274_1280• Parle-t-on déjà de vous sur les médias sociaux?
• Si oui, quel est le poids de ces conversations (quantité) et sont-elles récentes?
• Parle-t-on souvent de vous (fréquence) et sur quel ton (positif ou négatif)?
• Est-ce que les propos tenus sont pertinents et en lien avec ce que vous visez comme objectifs?

Après l’analyse de ces données, on pourra ensuite établir nos stratégies. Doit-on avoir notre propre page Facebook ou participer à d’autres déjà établies? Doit-on être présents sur tous les réseaux sociaux ou en privilégier un? Devrait-on plutôt mettre nos énergies pour bonifier le site Internet existant et y ajouter un blogue?

Qui doit organiser le party?

Si on veut organiser un party chez soi, il faut être certain d’avoir le temps de l’organiser et de converser avec ses invités jusqu’à leur départ! On peut toujours engager un consultant, mais connaîtra-t-il les goûts culinaires ou musicaux de vos invités? Est-ce que la réception sera assez personnalisée pour que les gens en gardent un bon souvenir, vous en attribuent le crédit et souhaitent participer à la prochaine? La clé réside donc dans le choix d’un bon animateur de communauté possédant les qualités suivantes selon Sacha  Declomesnil, spécialiste de la planification stratégique interactive chez Brad :
• Avoir de l’intérêt pour les technologies.
• Être diplomate et passionné du « produit », être connu et reconnu dans son domaine.
• Démontrer des qualités de stratège et de rédacteur.
• Avoir du jugement et la marge de manœuvre de prendre des décisions.
• Et, la base de tout, avoir la confiance de la direction.

Idéalement, on doit pouvoir compter sur une équipe multidisciplinaire. Par exemple, un habile communicateur pourrait être assisté de  spécialistes pour des questions plus pointues. La personne responsable des communications n’est donc pas toujours le meilleur choix. Tout dépend du type de conversations que vous souhaitez engager.

Quelqu’un a fait l’invitation à votre place?

smartphone-982561_1280Vous constaterez peut-être que quelqu’un a déjà créé une page Facebook sur votre commission scolaire et que vous n’étiez pas au  courant. Oui c’est désagréable quand quelqu’un invite des convives à votre maison sans vous aviser… Mais ne réagissez pas trop  promptement! Si le contenu est positif et que des personnes ont déjà joint cette communauté, n’agissez pas en « casseur de party » . Si cette personne est bien intentionnée et qu’elle a assez de leadership pour susciter l’adhésion tout en ayant de l’intérêt pour les médias  sociaux et un sentiment d’appartenance pour votre organisation, peut-être est-elle la perle rare que vous cherchez pour animer votre communauté.

Aucun commentaire pour le moment.